Jean-Gilles Badaire & Joël Vernet au Centre d’art

Jean-Gilles Badaire

Les samedi 9 et dimanche 10 novembre 2013, l’association du Centre d’art était heureuse de recevoir Jean-Gilles Badaire, peintre, et Joël Vernet1, écrivain et poète. Ces deux artistes ont souvent travaillé ensemble et publié des livres où écriture et peinture se jouxtent et se mêlent. Jean-Gilles Badaire a, quant à lui, exposé au Centre d’art pendant l’été 2013.

Un stage « peinture et écriture »

Un stage « peinture et écriture » pour les adultes a rassemblé sept personnes qui ont travaillé en ateliers le samedi toute la journée et la matinée du dimanche, travail qui a abouti à la création pour chacun des participants d’un livre d’artiste.

Bulletin d’inscription au stage à télécharger

 

Joël Vernet

Une soirée lectures et entretiens

L’association du Centre d’art proposait également une rencontre avec Jean-Gilles Badaire et Joël Vernet lors de la soirée du samedi 9 novembre 2013, à 20h30, dans les locaux du Centre d’art.

Une soirée de lectures et d’entretiens à bâtons rompus sur leurs pratiques d’expression respectives.

 

 

Pour plus de renseignements sur les événements dans ce domaine, vous pouvez contacter la commission en charge des animations lecture/écriture du Centre d’art de Montrelais.

1 Joël Vernet est un écrivain et poète français né en 1954 en Haute-Loire. Il vit au sud de Lyon dans un petit village.

Après des études de philosophie, de psychologie et de Sciences politiques à l’Université de Lyon, il entreprend, dès les années 1975, plusieurs voyages à travers le monde, plutôt des sortes de vagabondages qui le conduiront en Afrique, en particulier dans le désert saharien et dans le nord du Mali, à Gao, en Asie, au nord de la Syrie, à Alep, et en Europe…

En 2007, il réalise un livre à huit mains avec le peintre Jean-Gilles Badaire, les photographes Bernard Plossu et Daniel Zolinsky : Chemins, détours et fougères, un tour du monde en Ardèche.

Il a publié plusieurs livres chez Lettres Vives, Fata morgana, Cadex Éditions, L’Escampette, Le Temps qu’il fait, La Part commune, La Part des anges, tous livres inclassables, ni poèmes véritables ni journaux de voyages, où sont célébrés le minuscule et l’immense.